marc-bourlier-2.jpg
Marc
Bourlier

«Si radicalement nouveau dans son Œuvre, ce qu’aujourd’hui nous connaissons de Marc Bourlier semble être le fruit d’un hasard enchanté, un heureux jour de 1995, quand sur une plage de Normandie son regard fut capté par le premier de ces mystérieux petits bois flottés que la mer, sans se lasser, et telle une offrande, avait déposés.

Vont naître de ses assemblages des myriades de petits bonshommes, sagement ordonnancés dans des tableaux où la matière se donne à toucher, où les aspérités du bois vont seules donner l’idée des couleurs. Il les imagine tour à tour tendres ou drôles, tristes ou convenus, et les fait vivre dans des familles qu’il compose avec grand soin, comme pour conjurer le hasard qui, au fond, a décidé de tout. Ils s’affirment, fanfaron ithyphallique, doux rêveur, bel indifférent, séducteur...»

Lionelle Courbet-Viron - mai 2004

marc-bourlier
marc-bourlier-galerie-beatrice-soulie-ma
marc-bourlier-galerie-beatrice-soulie-ma
marc-bourlier-galerie-beatrice-soulie-ma
marc-bourlier-galerie-beatrice-soulie-ma
marc-bourlier-galerie-beatrice-soulie-ma
marc-bourlier-galerie-beatrice-soulie-ma
marc-bourlier-galerie-beatrice-soulie-ma
marc-bourlier-galerie-beatrice-soulie-ma
marc-bourlier-galerie-beatrice-soulie-ma
marc-bourlier-galerie-beatrice-soulie-ma

"L'artiste projette des visions qui ouvrent à une sorte d'universalité. Elle marque une obsession, une hantise de l'entrave dont le créateur veut libérer ses figurines comme
s'il voulait réparer le trauma d'une scène plus ou moins primitive, répulsive mais attirante voire attractive et qui a pu entraîner d'abord une pulsion vers un lieu d'enfermement, d'impossible séparation. De telles figures restent sans doute nécessaires pour penser l'être, son rapport à l'autre, au monde. Et la force d'ironie et d'outrance qu'elles contiennent et concentrent dans leur simplicité fait vite se gercer le rire sur les lèvres du spectateur. Une sensation quasi tactile le saisit là où Bourlier joue sur la juxtaposition de deux registres opposés : la jubilation et ce qu'il faut bien appeler par son nom : le tragique, un tragique de situation. Aussi, ce que, à l'origine, ses œuvres laissaient entendre, apparaître, percevoir (la confusion des corps) est remplacé par leur procession lente où demeurent l'attirance, la fascination que les "sculptures" les plus récentes provoquent à travers leurs formes phalliques : à savoir une levée du désir".

J-P Gavard-Perret

Exposition inaugurale, Galerie Béatrice Soulié, Marseille en 2020

marc-bourlier-3.jpg

Rejoignez notre mailing list

Galerie Béatrice Soulié

Galerie d'Art Singulier & Cabinet de Curiosités, Ancien, Moderne et Contemporain. 30 artistes à découvrir.
11 Place aux Huiles à Marseille
T. 06 63 64 22 81

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc LinkedIn Icône
  • Blanc Icône Instagram